Action et sensibilisation, ou comment survivre au cancer de la vessie Deux survivants canalisent leurs efforts pour sensibiliser la population et accompagner les patients atteints par ce cancer insidieux.

Bladder Cancer Awareness walk with Gerry

Tous les ans, plus de 11 000 nouveaux diagnostics de cancer de la vessie s’ajoutent au Canada, ce qui en fait le quatrième cancer le plus répandu chez les hommes et le douzième chez les femmes.

Toutefois, si on le détecte à temps, on peut réduire de 97 % les probabilités de récidive dans un horizon de cinq ans.

Cela explique l’importance de faire de mai le mois de la sensibilisation au cancer de la vessie. À cet effet, Cancer de la vessie Canada (CVC) a lancé une campagne pour encourager les gens à consulter un médecin s’ils décèlent du sang dans leur urine.

« La présence de sang dans l’urine est le symptôme le plus courant du cancer de la vessie. Souvent, les gens croient qu’il s’agit d’une anomalie temporaire et ne voient pas la nécessité de consulter leur médecin. Nous voulons rectifier cette situation pour que ces personnes passent à l’action sans tarder » explique Ferg Devins, le président du Conseil d’administration de CVC.

Monsieur Devins est aussi un survivant de ce cancer. Cancer de la vessie Canada lui a fourni une aide inestimable pour l’accompagner dans son cheminement lorsqu’il était malade, et maintenant qu’il va mieux, il a décidé de s’engager dans l’organisme en signe de reconnaissance.

« Notre campagne de mai vise deux objectifs, selon monsieur Devins. Sensibiliser la population, et attirer les personnes atteintes vers CVC afin que nous puissions leur fournir les ressources dont ils ont besoin. »

Il raconte qu’il s’est senti particulièrement isolé lorsqu’il a reçu son diagnostic, et que son équipe a mis sur pied des programmes pour pallier cette situation.

« On a l’impression d’être la seule personne au monde à devoir surmonter un tel défi. »

Le site web de Cancer de la vessie Canada renferme ainsi de nombreuses ressources pour répondre aux besoins particuliers de ces patients, notamment des guides, un forum de discussion et un réseau d’entraide national.

Son programme de soutien par les pairs permet aux personnes nouvellement diagnostiquées d’établir des liens avec des survivants pour ainsi les guider à travers tout le processus de traitement.

« Tous les jours, je reçois des appels de nouveaux patients qui débordent de questions à propos de ce qui les attend », explique le représentant communautaire de CVC, Gerry Ross.

La mission principale de monsieur Ross consiste à appuyer la communauté de personnes atteintes par le cancer de la vessie en diffusant le message de sensibilisation de CVC sur toutes les plateformes possibles. C’est aussi grâce à ses efforts que Santé Canada a reconnu mai comme étant le mois de la sensibilisation au cancer de la vessie.

« Mon histoire remonte à mon diagnostic d’un cancer de la prostate et de la vessie en 2015. Heureusement, il n’était pas très avancé, et mon médecin a pu intervenir. J’ai subi une cystectomie, c’est-à-dire l’ablation de ma vessie, explique monsieur Ross. Je n’ai plus de cancer depuis près de cinq ans, et je me porte très bien. »

En plus de sa participation dans le programme d’entraide par les pairs, Gerry organise aussi un marchethon annuel à Kingston et dirige un groupe d’entraide et de sensibilisation à l’Université Queens.

Gerry Ross n’habite pas à Kingston même, mais plutôt sur une petite ile dans la baie de cette ville riveraine. C’est aussi un abonné Xplornet de la première heure.

« Je dois être l’un de vos premiers abonnés. »

Sa connexion Internet lui permet d’accomplir ses tâches importantes sans devoir quitter le confort douillet de son domicile sur la rive est de son ile de 14 km.

« J’ai besoin de cette connexion pour communiquer avec le monde extérieur, que ce soit l’équipe d’administration de CVC à Toronto, ou les participants locaux à nos programmes répartis entre Bellville, Brockville et Kingston. »

Il l’utilise aussi pour garder le contact avec sa famille.

« J’ai des frères et des sœurs un peu partout en Ontario : North Bay, Stratford, Goderich… Plus besoin de prendre la route pendant des heures ou de s’exposer à la COVID — tout se fait par Internet! »

Ferg Devins est dans une situation similaire : il a grandi sur l’ile Coney dans le lac des Bois près de Kenora, en Ontario.

« Le lac a joué un rôle important dans mon enfance, et moi et ma famille y retournons tous les étés depuis 30 ans. »

Monsieur Devins s’est abonné à Xplornet il y a cinq ans.

« La connexion offerte par le fournisseur local n’était pas de très bonne qualité, car elle passait par les câbles téléphoniques installés au fond du lac il y a plusieurs années. On ne pouvait pas obtenir plus de 2,5 Mbps, raconte-t-il. Xplornet offrait beaucoup mieux. Étant donné mon travail dans le domaine des communications, j’avais besoin d’une connexion fiable pour le montage vidéo, l’accès aux réseaux sociaux et les réunions virtuelles sur Zoom. Cela est possible grâce à Xplornet. »

Il n’hésite pas à recommander Xplornet à quiconque habite en région.

« Leur service à la clientèle est accessible en tout temps, et leurs agents ont toujours été capables de trouver une solution à mes problèmes. En cette période de pandémie où tout passe par notre connexion Internet, Xplornet s’est montré à la hauteur! »

Nous sommes fiers de pouvoir appuyer Ferg et Gerry dans leur lutte contre le cancer de la vessie.

Rendez-vous sur le site de Cancer de la vessie Canada pour mieux connaitre les signes annonciateurs d’un cancer de la vessie ou pour accéder à leurs nombreuses ressources à propos de ce cancer.

N’oubliez pas aussi de consulter nos comptes Facebook, Twitter et Instagram  pour obtenir nos dernières dépêches!

 

 

Au sujet de ce blogue

L'Xploreur tente sans relâche de trouver des histoires qui célèbrent le style de vie numérique et son influence sur les communautés rurales à l’échelle du Canada.